Vous êtes ici : Guide, infos et conseils sur le crédit > Guide du crédit immobilier > Comment éviter le refus de prêt immobilier ?

Comment éviter le refus de prêt immobilier ?

Comment éviter le refus de prêt immobilier ?

Vous avez trouvé l’appartement ou la maison de vos rêves et il ne vous reste plus qu’à signer la vente définitive pour être enfin chez vous ? Ces conseils vous éviteront d’essuyer un refus de prêt immobilier auprès de la banque.

Même si les banques ont révisé leurs conditions d’octroi de crédit, il n’est pas toujours évident d’obtenir un financement. Découvrez quelles sont les précautions à prendre pour mettre toutes les chances de votre côté.

Dans quels cas la banque peut-elle refuser un prêt immobilier ?

Le principal motif invoqué par le prêteur pour refuser un crédit immobilier est la précarité professionnelle. Les intérimaires et les intermittents du spectacle sont ceux qui ont le plus de difficultés à accéder à l’emprunt, leur profil étant considéré comme à risques par les banques. Pour décrocher un prêt, les auto-entrepreneurs doivent également montrer patte blanche en justifiant d’au moins 2 années d’ancienneté et de revenus solides. Une garantie supplémentaire peut leur être demandée.

La banque peut aussi estimer que les revenus du demandeur sont insuffisants pour rembourser la somme souhaitée. Rappelons que le remboursement mensuel ne doit pas excéder 33 % de vos revenus. Le reste à vivre doit être suffisamment élevé pour couvrir les charges et dépenses courantes.

Enfin, les banques se montrent attentives à la tenue des comptes. Des découverts bancaires fréquents ou un recours régulier aux crédits à la consommation peuvent inciter l’établissement de crédit à refuser une demande de prêt immobilier.

Conseils pour éviter un refus de prêt immobilier

Ces conseils peuvent vous éviter d’essuyer un refus de prêt auprès de la banque :

Bien tenir ses comptes bancaires

Si vous souhaitez que votre demande de crédit immobilier aboutisse, veillez à ce que vos comptes soient en ordre en évitant les découverts bancaires dans les 3 mois qui précèdent. En présence de découverts, mieux vaut reporter votre demande de prêt de quelques mois afin de montrer une image positive à la banque.

Respecter la règle des 33 % d’endettement

En général, les banques imposent un taux d’endettement maximum de 33 %. Si vous avez des crédits en cours de remboursement, il est préférable de les solder en amont. Pour sécuriser votre achat, n’hésitez pas à évaluer votre capacité d’emprunt auprès d’un établissement bancaire ou d’un courtier avant la signature du compromis de vente.

Avoir un apport personnel conséquent

Il est conseillé de justifier d’un apport personnel correspondant au moins à 10 % de la somme empruntée. Ce montant servira à payer les frais de notaire, les frais de garantie et les frais de dossier. S’il est toujours possible de contracter un prêt à 110 %, l’apport personnel représente un sérieux atout à faire valoir auprès de la banque.

Justifier d’une situation professionnelle stable

Votre situation professionnelle est déterminante au moment de l’octroi de crédit. Le prêteur observera la nature de votre contrat de travail et la régularité de vos revenus. Pour convaincre le banquier, les jeunes actifs en début de carrière ont tout intérêt à insister sur les opportunités professionnelles qui s’offrent à eux et les augmentations de salaire associées.

Faire appel à un courtier

Le courtier immobilier fait office d’intermédiaire entre les emprunteurs et les banques. Il accompagne ses clients dans le montage du dossier, dans la réalisation du plan de financement et peut négocier les meilleures conditions de financement.

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Simulation Crédit Immobilier
En moins de 2 minutes, découvrez les meilleures offres. Gratuit et sans engagement !

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Autres dossiers